Hier se tenait le salon Plumes en Berry au château du Pont-Chrétien Chabennet dans l'Indre ; l'invitée d'honneur était Annie Duperet. Michel Pinglaut y présentait à mes côtés, le premier titre édité par la Bouchure : il s'agit d'un dictionnaire Français-berrichon, premier volume d'une série qui en comptera, à terme, une dizaine. Pour les lecteurs non familiarisés avec ce type d'ouvrage « utilitaire », il faut savoir qu'on trouve facilement des glossaires qui donnent la définition en français d'un mot berrichon que vous avez lu ou entendu.... mais rarement l'inverse ! « Nout' patoué » (notre patois) est un langage très imagé et il n'est pas rare qu'il faille toute une expression en français pour traduire un seul mot berrichon. Par exemple « galoche : neige adhérant aux chaussures. Vous comprendrez aisément que la traduction du français vers le berrichon est difficile et qu'un classement alphabétique est tout « bounement »  impossible.

Avec l'auteur, nous avons contourné cette difficulté en réalisant un glossaire inversé thématique (Qui a dit que les Berrichons n'innovaient pas ? ) . Ainsi chaque expression française trouve sa place et est facilement classable. Ce premier volume a pour thème principale la météo, et le suivant, prévu pour la rentrée, la famille (et ensuite, la maison, le corps humain, etc...)

 

Mais ce n'est pas tout. Au delà d'une traduction (si on peut parler de traduction) cette série de dictionnaires a un autre objectif : c'est d'apprendre à parler berrichon …. euh ? Pardon ! Je veux dire d'apprendre à « causer » berrichon. C'est pourquoi, au début de chaque volume, vous trouverez des éléments complémentaires. Pour le volume 1, l'auteur a recensé pronoms, adverbes, prépositions qui vous permettront de former vos premières phrases, et une première approche de la conjugaison.

Cependant, seul, ce dictionnaire est insuffisant car il n'existe pas un patois berrichon, mais autant de patois qu'il y a de patelins. Un glossaire standard, propre à votre canton d'origine sera un bon allié pour bien vous faire comprendre de votre voisin. A titre d'exemple l'adjectif frileux peut s'exprimer aussi bien par « guerli, greli, gueurli, efferdillé, effrédillé, ferdilleux, fredilleux, ferdilloux, aguerli, frillasson, frilou ….. Et quitte à vous munir d'ouvrages complémentaires, je ne peux que vous encourager à lire aussi le recueil de poésie patoisante de Jean-Louis Boncoeur « le Berger m'a dit » ou les excellentes fables de « la Fontaine en vieux parler Berrichon » aux éditions la Bouinotte.

 

Un grand merci à Mic Baudimant, président et animateur des Thiaulins de Lignières de 1982 à 2017, pour avoir préfacé l'ouvrage. Je ne peux m'empêcher de m'excuser auprès de lui pour avoir omis son nom à la page 8, suite à son formidable plaidoyer pour le maintien de nos traditions et notre patrimoine.

Cet oubli n'est qu'une anecdote de la publication de ce premier dictionnaire. Je vous en conterai d'autres pour vous démontrer à quel point les relations auteurs-éditeurs peuvent être ….. enflammées !!

 

Enfin, pour conclure cet article, n'oubliez pas que le patois berrichon n'est pas une déformation « plouc » du français. Le patois berrichon, c'est le français tel qu'on le parlait à l'époque de Rabelais (bon d'accord, le XVIe siècle ça fait un peu loin et pour l'évolution du langage, là, le berrichon est un peu moins innovant …. plutôt conservateur). Donc finalement c'est plutôt le français tel qu'on le parle qui est une déformation du berrichon.

 

Plumes en Berry 2018