Nb de commandes : 7

CA :  5414 € (dont 363 € sur la boutique)

nb de fans facebook : 156

nb d'abonnés newletter : 34

 

J'avoue, mes bilans ne sont plus très réguliers. Ils sont réalisés quand j'ai un peu de temps à y consacrer. Si on compare les chiffres par rapport au dernier bilan, c'est excellent puisque j'arrive quasiment aux mêmes résultats sur une période deux fois plus courte (3 mois au lieu de 6). Maintenant par rapport au début de l'activité ce n'est pas si évident que cela. Une chose est sûre c'est que l'activité de la boutique en ligne est quasiment inexistante alors que la vente directe est satisfaisante. Quelles en sont les causes ? Pour ma part je pense que je n'y consacre pas suffisamment de temps. Il suffit d'observer mon « activité numérique » pour s'en convaincre : aucun article sur le blog depuis 1 an, 4 bilans au lieu de 11, seulement 25 publications facebook depuis janvier alors qu'il en faudrait une centaine, aucune promotion engagée, et les sliders de la boutique n'ont pas changé depuis la mise en service.... Mais est-ce une volonté de ma part ? Non, bien sûr. J'ai tout simplement présumé de mes forces et de mon temps. Il faudrait être plus nombreux.

Cette conclusion coïncide avec un intérêt que je porte depuis quelque temps sur les sociétés coopératives d'intérêt collectif (SCIC) qui sont plus à même qu'une entreprise individuelle de porter les couleurs d'un territoire aussi vaste que le Berry. Ce type de structure s'inscrit dans une dynamique de développement local, comme le souhaite La Bouchure. Son activité s'exerce sur une zone géographique et son projet se réalise par le biais d'un regroupement d'associés de diverses natures pour répondre à des besoins et des intérêts convergents. Par exemple, on peut tout à fait envisager des bénévoles, des salariés, des producteurs et même des collectivités publiques comme sociétaires de la SCIC. Pour résumer il s'agit toujours d'une activité commerciale mais la gestion est désintéressée ; les résultats n'ont pas vocation à être distribués aux associés. Et donc, je me posais la question si la Bouchure ne devrait pas tendre vers ce nouveau type de fonctionnement. Qu'en dites-vous ? Si vous êtes producteurs, clients ou juste partisans, seriez-vous prêt à venir me rejoindre ?

 

Voilà pour mes réflexions du jour ….. mais parlons à présent des nouveautés !

Depuis le temps que je cherchais des jus de fruits pour la boutique, j'ai enfin trouvé ce que je voulais à Saint-Martin d'Auxigny dans le Cher : les coteaux de Saint Martin approvisionneront la Bouchure en jus de pomme, pomme-poire et pomme-coing. Je viens de mettre les produits en ligne.

Nouveauté aussi en publication : « Villaubin » raconte les souvenirs d'enfance en pleine campagne d'un berrichon dans les années 50-60. Beaucoup de nostalgie en perspective. Le confort et le progrès ne nous ont-ils pas coupé des sources de la vie ? L'ouvrage est sincère, touchant, et invite à une réflexion sur notre mode de vie actuel : surconsommation, solidarité, enseignement, religion... Disponible dès aujourd'hui à 18€ (port offert).